Logo librairie Ecrivain Public

Vous n'êtes pas venus au monde pour rester seuls

remous de la mer au passage d'un bateauFoldners, Norvège, le 29 juillet 2011. Une femme, un homme, leurs deux fils reviennent après une semaine, la voiture chargée. Retour de vacances ? Non ... Manque une personne, une ado pleine de vie, l'une des victimes du massacre d'Utoya. Un terrible évènement qui ramène Stella, leur voisine, à sa propre perte.

Un roman poignant et intime sur nos sociétés post-attentats, sur le deuil collectif opposé au deuil personnel. Comment vivre après une perte violente et incompréhensible ? Comment affronter le chagrin de l'autre ? Existe-t-il une communion dans le deuil ?

Version papier

Je m'appelle Lucy Barton

Lucy est mariée, mère de deux petites filles. Opérée pour une banale appendicite, elle passera neuf semaines à l'hôpital pour une infection dont aucun médecin ne déterminera l'origine. Après trois semaines, elle voit sa mère arriver. Elle ne l'a plus vue depuis de nombreuses années, ayant fui une famille dysfonctionnelle et violente pour se construire une vie, pour être tout simplement. S'engage entre les deux femmes une étrange conversation.

Un roman pointilliste et émouvant sur l'identité, la solitude, la complexité des rapports familiaux, le besoin d'être aimé. Un roman qui dit que se taire c'est se condamner à une vie faite de douleurs et qu'il y a parfois des questions qui restent sans réponse. Belle réussite de l'auteure du fabuleux "Olive Kitteridge".

Version papier

 

Version numérique

Demain sans toi

Chicago, le pénitencier de Grassland. Raymond Bello attend impatiemment la sortie anticipée d'Hartley Nolan accusé d'homicide involontaire. Dans la boîte à gants ,un pistolet de petit calibre ... Après cette scène liminaire, l'auteur nous donne à entendre les différents protagonistes dont les voix sont autant de pièces d'un puzzle qui dessine la vérité. Autant de vies brisées, de solitude, d'évènements qui nous échappent, de non-dits indépassables et d'amour dévorant.

Magistral premier roman, à rapprocher de ceux de Richard Ford.

Version papier

Sucre noir

couverture bleueLe coeur des Caraïbes, lieu de tous les fantasmes de chercheurs d'or, le panache de l'aventure. La famille Otero y possède un terrain qui grandit au fil du temps et de la volonté des femmes. L'endroit, réputé cacher le trésor du célèbre pirate Henry Morgan, attire et attise les convoitises. L'auteur dresse un tableau vivant, flamboyant et ironique de l'ambition des hommes, leurs démons intérieurs, la course à la richesse au détriment du bonheur. A chercher des richesses au plus profond de la terre, n'oublie-t-on pas celles, plus précieuses, à notre portée ?

Un p'tit quelque chose de Garcia Marquez dans ce roman fantasmatique, brûlant et passionné.

 

Version papier

 

Version numérique

La Chambre des Epoux

couverture blanche fil rougeEric Reinhardt raconte, avec pudeur et élégance, la bataille de son épouse contre la maladie, un cancer du sein. Il a mis dix ans à pouvoir mettre en mots cette histoire, les dix années qui signent la rémission. Il raconte l'effroi, l'angoisse, la panique dévastatrice, aussi l'amour encore plus fort et la fièvre créatrice. Voilà un homme qui ne craint pas de dévoiler sa sensibilité, qui affirme que notre vulnérabilité peut se révéler une force, que l'épreuve nous offre un regard neuf sur la vie, le retour à un essentiel. Son style est élégiaque, d'une élégance rare, d'une sincérité nue, tout cela mêlé à un humour fin.

"() la conviction que dans la vie l'on ne doit renoncer à rien, qu'il n'y a pas à choisir, qu'il faut tout vivre, que tout n'est jamais qu'une question de mesure, d'instinct, de confiance en soi et de droiture intime." p.127

Version papier

 

Version numérique