Logo librairie Ecrivain Public

Je suis Jeanne Hébuterne

couverture bleue avec photo de l'auteurAu sortir de l'académie Colarossi, en décembre 1916, Jeanne Hébuterne s'étale aux pieds de Modigliani. Elle a 18 ans, est une femme à la Botticelli, rousse et timide; il a 33 ans, est malade des poumons, génial, excessif, alcoolique, prince de tous les extrêmes. C'est le coup de foudre, ils ne se quitteront plus. Leur amour est passionnel, volcanique, incandescent, dévorant et fusionnel. Il les élève, les brûle et les foudroie. Il meurt de pneumonie le 24 janvier 1920, elle se défenestre enceinte de 8 mois, le lendemain, coquille vide sans lui. Magnifique autant qu'effrayant.

Version papier

Kong

couverture jaune photo de l'auteurMerian Cooper et Ernest Schoedsack se rencontrent en 1919, à Vienne, sur un quai de gare. L'entente est immédiate entre les deux hommes, deux soldats qui ont vu l'horreur. Ils se promettent de se retrouver. Chose faite en 1921, année de leur pacte : "C'est ça qu'on devrait faire : chercher les pires endroits du monde, la nature la plus sauvage, où les hommes se battent, survivent, en dépit de tout, et filmer !" Et les voilà partis de par le monde - en Turquie, en Perse, en Arménie, au Siam ... - à la rencontre des peuples nomades, libres et rebelles, avec cette volonté de dire le monde, d'inventer un langage neuf. Dans ce XXe siècle en marche, caméra à l'épaule, ils vont révéler la beauté du monde, autant que l'épouvante qu'il peut générer. Exaltés par l'aventure et la nouveauté, ils trouvent de nouvelles façons de filmer, pour rendre à la fois l'enchantement et la pire sauvagerie. Jusqu'à leur chef-d'oeuvre, véritable coup de théâtre à l'époque : sur les écrans, en 1933, le fameux "King Kong".

Un récit romanesque comme l'est la vie. Une verve narrative exceptionnelle, la richesse humaine, la passion de l'aventure sans cesse inventée ... C'est foisonnant, bouillonnant, inoubliable. Des hommes deviennent mythes, et les mythes disent le monde.

Version papier

 

Version numérique

Le Jour d'avant

couverture jaune photo de l'auteurLe 27 décembre 1974, dans la fosse Saint-Amé à Liévin dans le Nord-Pas-de-Calais, un coup de grisou cause la mort de 42 mineurs. Michel Flavent y a perdu son frère, Joseph, un gars de 27 ans plein de vie, fan de course automobile et qui rêvait d'être mécanicien sur un circuit. Quarante ans plus tard, sa vie hantée par les morts de ce frère, de ses parents et de sa femme, Michel cherche à régler des comptes et revient sur les lieux du drame.

Quel plaisir de retrouver Sorj Chalandon ! Sa verve, ses emportements, son humanité, ses colères, ses batailles contre l'injustice et ses larmes aux yeux de tendresse. Il dit avec maestria ce "jour d'avant', jour d'innocence et de bonheur, jour ignoré parce qu'il y a toujours le désir d'autre chose.

Version papier

 

Version numérique

Zabor ou les Psaumes

rue etroite entre deux batisses pays arabeVictimes de la jalousie de l'une des épouses d'Hadj Brahim, Zabor et sa mère sont exilés loin du village. Très tôt, il trouve refuge dans les livres et pour vaincre l'ennui il invente des histoires.. Grâce à l'apprentissage du français, il aura accès à l'intime et son expression. A presque trente ans, célibataire et encore vierge, il prend conscience du pouvoir des mots, de leur force de rébellion contre la mort. Il se rend compte qu'en écrivant les vies il les sauve. Quand il est convoqué pour garder le souffle de ce père qui l'a rejeté, il se demande que faire : sauver un monstre ?

Un roman-fable ensorcelant, baigné de magie et d'étrangeté sur nos héritages, notre libre-arbitre et le pouvoir de la création.

"Le destin est un cahier comportant des fautes que l'on peut corriger. Non, l'image n'est pas parfaite, je l'édicte autrement : nous sommes les mots d'un grand récit, consigné quelque part, mais nous sommes en quelque sorte responsables de nos conjugaisons. p.112

Version papier

 

Version numérique

Les huit montagnes

couverture rose avec photo de l'auteurDepuis ses six ans, Pietro Guasti s'aventure en montagne avec son père, jamais plus heureux que dans la nature sauvage, plus intéressé par les éléments que par les êtres humains. Tous les étés, dans le Val d'Aoste, Pietro retrouve Bruno, gamin des sommets. Ensemble, ils jouent aux Robinsons jusqu'à ce que l'âge adulte les sépare. Pietro court le monde, à la recherche de lui-même. A la mort de son père, il hérite d'une maison en montagne, sur les lieux de son enfance. L'occasion lui est ainsi offerte de réparer une amitié malmenée.

Un roman d'apprentissage, descriptif et mélancolique, sur la liberté, le silence, la beauté de la nature, le retour à soi et l'amitié indéfectible.

"De mon père j'avais appris, longtemps après avoir arrêté de le suivre sur les sentiers, que dans certaines vies il existe des montagnes auxquelles il est impossible de retourner. Que dans les vies comme la mienne ou la sienne, il est impossible de retourner à la montagne qui est au centre de toutes les autres, et au début de l'histoire de chacun. Et qu'il ne reste qu'à errer sur les huit montagnes à celui qui, comme nous, sur la première et la plus haute, a perdu un ami." p.299

Version papier