Logo librairie Ecrivain Public

Minuit, Montmartre

couverture jaune photo de l'auteur1909. Steinlen, l'homme aux chats, rencontre Masseïda, beauté africaine aux abois. C'est Vaillant, l'un des félins du peintre qui la conduit jusqu'à lui. Il est âgé, seul et s'en sent bien, aussi hésite-t-il à accueillir la jeune femme. Il le fera et elle deviendra son modèle, son alliée, son porte-bonheur.

Le Montmartre bohème écrit dans une prose vivante, fleurie, sensuelle et charnelle. C'est un florilège d'odeurs, de couleurs et l'histoire d'une dernier amour pour une femme-lionne. Magique !

Version papier

Un loup pour l'homme

couverture blanche bandeau avec citronnier dessinéPrintemps 1960. Antoine a 23 ans et est appelé en Algérie. Il ne veut pas tenir une arme, il n'a pas le tempérament guerrier, il sera infirmier. Il laisse sur le quai Lila qui vient d'apprendre qu'elle attend un enfant, il laisse aussi ses rêves. Il vit à la lisière des batailles et prend soin des centaines de soldats blessés. En ville, l'atmosphère est électrique, on sent la colère pulser. L'innocence d'Antoine va se disloquer face àl'effroi et la sidération de ces affrontements meurtriers où l'homme est un loup pour l'homme. Sensible et lucide, Antoine lie une relation d'amitié avec le silencieux Oscar, amputé d'une jambe. Il sera un miroir révélateur.

Un roman vrai et délicat.

 

Version papier

 

Version numérique

Sa mère

couverture bleue avec photo de l'auteurMarie-Adélaïde est une jeune femme de 27 ans née sous X, pétrie de colères, qui décide de rechercher sa mère biologique pour trouver, enfin, un ancrage. Seul indice : un doudou éléphant en toile de Jouy de la chiquissime marque Porthault.  Hargneuse et déterminée, elle y arrivera, parce que "il y a une seule manière d'être mal aimée et c'est de ne pas l'être."

Un roman "punchy" de par le regard de l'auteur, caustique sur la société bourgeoise autant que prolétaire; aussi grâce à l'humour qui file tout au long des mots percutants et incisifs.

Version papier

Les Pleureuses

couverture rose avec photo de l'auteurLa narratrice, séparée de son mari depuis six mois, sans que le mot "divorce" ait été prononcé, se voit sommée par sa belle-mère - avec laquelle les liens sont quasi inexistants -, de le rejoindre en Grèce parce qu'il ne répond plus à ses appels. Christopher fait des recherches pour un livre consacré aux rites du deuil et s'intéresse aux pleureuses. Sur les pas de son mari, hésitant encore à statuer sur le sort de leur relation, la narratrice va revivre leur rencontre, leur vie commune, leurs dissensions et s'interroger.

Subtile réflexion sur l'amour, le désir et le mariage, la responsabilité et les choix. Une réussite !

Version papier