Logo librairie Ecrivain Public

Archives Jeunesse

Nanouk et moi ****

nanouk et moiLe texte d’avertissement en lettres blanches sur fond noir à l’entame du documentaire «Nanouk l’ Esquimau» a bouleversé Thomas, 10 ans.  «Mon lapin, lui avait dit son père, c’était en 1920.  Tu ne peux pas être triste pour quelqu’un qui est mort il y a un siècle».  Mais Thomas ressent si fort le lien qui l’unit à Nanouk et sa famille – n’y plus penser reviendrait à les trahir – que ses parents lui proposent d’en parler tous les mercredis au Docteur Z.  Que Thomas va surprendre et toucher avec sa compréhension si simple et si profonde de la tristesse, de l’angoisse, mais aussi de l’amitié et de ce qui tout fait la valeur des êtres.  Centré sur le deuil (comme un autre de ses livres, Pochée, en Mouche), le livre de Florence Seyvos rend meilleur, et sa lecture est mieux qu’une consolation : le souvenir émerveillé d’un ami.

Version papier Version numérique